VELOPOLIS , ça tourne pas rond

des dizaines de millions … pour une piste cyclable climatisée de 250 mètres pour pouvoir tourner en rond à Montigny le Bretonneux (Yvelines, France)

Ce projet d’un équipement olympique de prestige a été réclamé et décidé en 2009 par la Communauté d’Agglomération de Saint Quentin en Yvelines (France) malgré la décision d’accorder les JO à Londres.

Ce projet ,nommé « Vélopolis », a été présenté ensuite comme un projet durable, en harmonie avec la base régionale de loisirs et avec la promesse d’une exploitation dynamique cohérente avec les ambitions du territoire avec un pôle sportif d’exception.

Pour les Jeux Olympiques de 2012, Londres a construit un grand vélodrome. En France, Roubaix a aussi construit en 2012 un vélodrome de caractéristiques quasi identiques pour en faire aussi un pôle sportif d’exception pour la Fédération Française de Cyclisme.

Remarquons qu’à Roubaix on annonce un coût de 25 millions alors qu’à SQY on en serait maintenant à plus de 100 millions (selon « La France Cycliste » http://www.directvelo.com/actualite/23790-le-velodrome-de-st-quentin-en-yvelines-pret-dans-un-an.html#ixzz2MbroraFE).

La CASQY parvient donc à trouver des financements pour un équipement de prestige mais veut réduire maintenant son budget. C’est la crise : « Dans un contexte économique tendu, la communauté d’agglomération poursuit son travail de rationalisation et recherche les économies » dixit la CASQY.

Ce vélodrome va alourdir les difficultés financières pour de nombreuses années ; en plus de son coût de construction, le contrat signé par la CASQY prévoit de verser à « Vélopolis » 4,1 millions par an pendant 30 ans pour cet équipement.(*)

Ca tourne pas rond !

Et pourtant la CASQY prévoit de nous présenter l’élite des pistards à Saint Quentin en Yvelines …pour tourner en rond.

——————————————————————————————————-

(*) extrait du PV du conseil communautaire de SQY, 22 octobre 2009

Saint-Quentin-en-Yvelines

Communauté d’Agglomération

Contrat de Partenariat pour l’Opération Vélodrome avec la société de projet retenue pour un coût prévisionnel global en moyenne annuelle de 4 147 397 € H.T. pour la Communauté d’Agglomération

Autorisation donnée au Président de signer le contrat de partenariat

Autorisation donnée au Président de signer la convention tripartite ainsi que l’acte d’acceptation de la cession de créance

Autorisation donnée au Président à verser une contribution financière de 13 360 000 €

Autorisation à solliciter les subventions correspondantes, à les reverser au titulaire du contrat de partenariat et à signer tous les actes afférents.

« Il était prévu à l’avis d’appel public à la concurrence et au Règlement de Consultation que le pouvoir adjudicateur pourrait autoriser l’entreprise ou les membres du groupement attributaire à constituer une société de projet qui sera le signataire du contrat de partenariat à conclure.

Le groupement SODEARIF (mandataire) – BOUYGUES Bâtiment IDF – EXPRIM – MERIDIAM a proposé de créer une société spécialement dédiée à la réalisation de cette opération. Cette société dédiée, dénommée « Vélopolis » sera signataire du contrat de partenariat et autres documents contractuels afférents au projet.

Il est donc proposé au Conseil Communautaire d’autoriser le Président à signer le contrat de partenariat pour la réalisation du vélodrome avec ladite société « Vélopolis ».

Par ailleurs, le groupement a proposé la signature d’une convention tripartite entre la société « Vélopolis », la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et l’organisme prêteur qui finance l’opération. Cette convention à principalement pour objet de fixer les conditions dans lesquelles la CASQY accepte la cession de la créance cédée à l’organisme prêteur dans le cadre de cette opération.

La CASQY devra également signer l’acte d’acceptation lequel formalise l’acceptation de la CASQY de verser les sommes afférentes à la créance cédée directement entre les mains de l’organisme prêteur sans pouvoir opposer à ce dernier les exceptions fondées sur ses rapports avec le titulaire du contrat de partenariat.

Il est donc proposé au Conseil Communautaire d’autoriser le Président à signer ladite convention tripartite ainsi que l’acte d’acceptation de la cession de créance.

La durée du contrat est fixée à 30 ans.

Le coût prévisionnel global du contrat, est de 4 147 397 € HT en moyenne annuelle pour la Communauté d’Agglomération et la part que ce coût représente par rapport à la capacité de financement annuelle de la Communauté d’Agglomération est de 2. 61 %.

Elle est mesurée par le ratio suivant : coût moyen annuel du contrat / recettes réelles de fonctionnement, dans les conditions définies par le décret n° 2005-1662 du 27 décembre 2005 (…)

Adopté à la majorité par 31 voix pour, 08 voix contre (Mme Christine VILAIN, Mme Sylvie MERILLON, Mme Françoise KEULEN, M. Guy MALANDAIN, M. Jean-Yves GENDRON, M. Luc DAUVERGNE, M. Pierre SELLINCOURT, M. Alain HAJJAJ), et 02 abstentions (M. Eric-Charles GOMIS, Mme Alexandra ROSETTI).