Commentaire de la Tribune de l’Ignymontain de juillet 2011

6 Juil

Tribune de l’Ignymontain du 0711

Cette tribune exige un droit de réponse de notre part ! En effet:

« Prise de position contre le vélodrome »

Certains Ignimontains ainsi que certaines associations ont manifesté clairement leur opposition au projet; voir le rapport d’enquête. A l’inverse, le rapport ne mentionne pas des partisans chauds du projet, si je me souviens bien ! Les financeurs (Etat, Région, Département, CASQY) ne doivent pas être pris en compte dans la mesure où ils sont juges et partie ! Les élus Verts du Conseil Régional, comme les autres, ne se sont pas prononcés sur le projet en lui-même, ni sur le PLU, mais sur la subvention.

« 750 logements près du futur vélodrome pour étudiants, jeunes actifs, chercheurs »

S’agit il de logements sociaux ? Quel est le pourcentage étudiants, jeunes actifs, chercheurs ? N’y a t il pas intox à ce sujet ?

« attirer de nouvelles entreprises »

Faut il que ce soit toujours la collectivité qui paie pour le développement économique de quelques sociétés ? Le vélodrome n’est-t-il pas qu’une vaste opération business ?

« permettre la construction de bâtiments respectueux de l’environnement »

La priorité devrait aller à la rénovation énergétique du parc existant puisque ce parc comprend environ 70% de constructions déjà obsolètes au regard de la RT2012 et des futures réglementations tendant vers l’habitation passive voire positive. Et les aides devraient être allouées au niveau individuel et non pas sur des projets centralisés.

« pression fiscale parmi les plus basses »

Une pression fiscale basse n’a aucune signification, si ce n’est démagogique; l’important c’est de savoir si l’usage de la fiscalité est pertinent au regard des objectifs contemporains. Or, aujourd’hui, il faut augmenter la pression fiscale sur tout ce qui est superflu, comme le vélodrome, et diminuer cette pression fiscale sur tout ce qui permet à nos concitoyens de diminuer leur empreinte énergétique. D’autre part la pression fiscale devrait être au moins proportionnelle aux revenus des individus et sociétés, ce qui n’est pas le cas.

« plateau de Saclay »

Le développement du plateau de Saclay n’est pas un argument valable pour les écologistes; une fois encore, une certaine oligarchie voit dans ce développement économique, un beau business et se fiche pas mal de détruire l’équilibre de la ville nouvelle de SQY, de supprimer des terres agricoles pourtant essentielles à notre survie, de couler encore et encore des tonnes de béton génératrices d’autant de tonnes de gaz à effet de serre.

« le juge du TA … avec sagesse a donné raison … »

Le juge a mis beaucoup de temps pour prendre sa décision. La plaidoirie a eu lieu le 26 mai et le résultat n’a été connu que le 20 juin. Ce délai est exceptionnel. Cela prouve à l’évidence que nos arguments étaient fondés et qu’il a fallu bien peser et soupeser les arguments des uns et des autres pour que le juge puisse prendre sa décision. La décision ne concerne que le référé et non le fond. La condamnation n’est que la conséquence du rejet du référé.

« attendre le jugement de fond »

C’est bien là l’essentiel. Dire que le rejet du recours en référé est une première victoire est ridicule. En effet, nous ne nous battons pas contre Monsieur le maire de Montigny ou contre Monsieur le président de la CASQY, nous nous battons pour éviter des dépenses sans intérêt pour les habitants de Montigny et de SQY.

« bien vivre »

Bien vivre, ce n’est pas regarder quelques cyclistes de haut niveau tourner en rond sur l’anneau du vélodrome. Bien vivre ce n’est pas laisser nos élus concocter un Partenariat Public Privé qui va coûter les yeux de la tête à plusieurs générations (voir le fiasco du PPP de l’hôpital d’Evry). Bien vivre à Montigny comme ailleurs, c’est se tourner vers l’avenir, offrir un bel horizon à nos descendants. Et pour cela il faut gérer notre présent avec des méthodes adaptées. La méthode tout business, tout béton, tout fric est largement dépassée. Les ressources de notre planète sont limitées et en voie d’épuisement. Il faut donc abandonner le modèle de la croissance économique qui nous mène dans le mur, qui mène à la mort de notre civilisation. Les écologistes savent bien cela et ont d’ores et déjà élaboré un nouveau modèle de société. Il serait heureux que les élus de tous bords sachent écouter ce que disent clairement les écologistes.
Notre refus du vélodrome n’est pas un caprice, c’est une action qui s’inscrit dans notre vision de l’avenir de l’humanité. Nous aimerions tant faire partager cette vision et l’enrichir par un débat serein entre tous.

Et un jour, peut être, au lieu de recourir, nous aurions le bonheur de courir tous ensemble dans la bonne direction !

Christian Rozé

Ignymontain, président de l’ASL « Le Manet résidence »,

et guyancourtois, président du CS de la résidence Patricia.